Rechercher

Mon Parcours

Mis à jour : 3 juil. 2018

De nombreuses fois, il m’a été demandé d’expliquer comment j’ai pu arriver dans un cockpit chez Air France. Ce tout nouveau site avec son blog va me permettre désormais de répondre aux questions de façon développée, en français et en anglais. Je m’efforce de répondre à tous les messages sur Instagram/Facebook/Youtube mais il est bien difficile de le faire correctement vu le nombre croissant.



Quand je rêvais de faire ce métier, j’aurais adoré avoir un pilote de ligne qui prenne le temps de nous aiguiller et de nous faire rêver, nous, la future génération de pilotes. Je me décide donc à prendre de mon temps pour tenter de vous accompagner, de grouper les interrogations récurrentes et d’y répondre de façon plus précise.


Une question qui m’a été posée des centaines de fois : « Quel a été ton parcours pour devenir Pilote de Ligne ? »

Commençons par le commencement.


7 décembre 1984 : Naissance à Carcassonne dans l’Aude, en France. Ma famille n’est pas du tout dans le monde aéronautique et pourtant, tout jeune, je suis déjà attiré par le ciel, l’espace, le Monde qui m’entoure. Après un déménagement à Montpellier, cette envie d’être pilote (de chasse à l’origine) n’a cessé de s’amplifier.


Décembre 1998 : Pour mon 13ème anniversaire, j’ai eu la chance de faire mon premier vol à l’aéroclub de l’Hérault et je ne remercierai jamais assez mes parents d’avoir accepté et pu le faire. C’était sur un biplace école Robin HR200, avec comme instructeur Jacques Guasch, que je retrouverai plus tard en école professionnelle. Mes parents pensaient me faire passer l’envie avec ce vol d’initiation… C’était bien mal me connaître sur le sujet !


Début 2000 : A 15 ans, premiers vols en solo, premiers sentiments de liberté, de vol, et ce à un an de l’âge minimum pour commencer la conduite accompagnée sur une voiture… Mes parents étaient terrifiés à l’idée de me voir partir seul en vol !


Début 2002 : A 17 ans, J’obtiens mon brevet de pilote privé avion PPL en parallèle de mon Bac scientifique S option physique/chimie que j’obtiens la même année avec mention Assez Bien (13,9 de moyenne). Je précise cela pour désacraliser certains discours que l’on entend parfois au sujet de l’importance d’une mention au Baccalauréat. J’avais des capacités mais je ne les exploitais pas vraiment par manque de maturité sans doute.


Juin 2002 : Me voilà avec le Bac en poche et mon brevet de pilote privé. Que faire ? Le marché de l’aérien n’est clairement pas au beau fixe mais j’y crois malgré les gens qui tentent de me décourager. Je me souviendrai toujours de ma professeure de physique qui me disait « vu ton comportement, tu finiras éboueur au mieux ». Ne vous laissez jamais démoraliser par des gens qui, bien souvent, donnent leur avis sans ne connaître quoique ce soit à ce milieu.


J’aurais pu (et dû) aller en école préparatoire PCSI pour préparer la sélection Cadets Air France / ENAC même si le nombre d’embauches était très faible à cette époque. Je pense que mon envie débordante d’être pilote rapidement m’a fait choisir la voie privée pour arriver plus vite dans un cockpit, que ce soit en avion léger ou de ligne. Je vous conseille vivement de prendre votre courage à deux mains et de tenter toutes les possibilités gratuites avant de vous mettre un crédit sur le dos comme j’ai pu le faire.


Juin 2002 - Janvier 2004 : Phase de mûrissement pour obtenir le minimum d’heures de vol nécessaires pour intégrer dans sa phase pratique l’ESMA (École Supérieure des Métiers de l’Aéronautique) qui était à cette époque l’école de la compagnie disparue Air Littoral.


Janvier 2003 - Décembre 2003 : Je rentre en formation modulaire à l’âge de 18 ans pour passer l’ATPL théorique (Licence théorique de pilote de ligne). En une année, avec tous les modules en poche, je commence la phase pratique.


Janvier 2004 - Mai 2004 : Passage de l’IR (qualification vol aux instruments) suivi du CPL (pilote professionnel, un super PPL en quelque sorte). Je décide de ne pas faire la MCC (travail en équipage), le marché de l’emploi se portant très mal.


Mai 2004 - Septembre 2004 : A 19 ans, Préparation du concours des cadets en tant que Cadets Pro. En effet, à cette époque, si vous aviez moins de 23 ans avec l’ATPL, le CPL et l’IR, vous pouviez y prétendre. Je ne pouvais pas manquer cette opportunité bien que les chances soient minces.


Je reviendrai très prochainement avec un long post sur mon expérience de cette sélection Cadets avec sa reprise tant attendue cette année.


Septembre 2004 – Février 2005 : Processus de sélection Air France sur lequel je reviendrai dans un prochain post sur le blog.


Décembre 2004 – Février 2005 : Me voilà à Perpignan, chez Aéropyrénées, pour passer mon diplôme de FI, instructeur avion. C’était le seul moyen à ce moment-là de monter ses heures de vol en attendant la première opportunité qui se présente.


Été 2005 : Pendant plusieurs mois, me voilà à l’OISE, à Bristol, en famille d’accueil. Cette école, que je recommande vivement, voit aussi passer les promotions de contrôleurs aériens. Cela m’a permis d’améliorer mon anglais de façon spectaculaire et de valider mon niveau d’anglais que je n’avais pas réussi à avoir lors de la sélection. Il faut être conscient que la formation scolaire d’anglais en France n’est pas suffisante pour exercer ce métier. Pas de recette miracle, il faut partir pour s’améliorer, surtout à l’oral.



Octobre 2005 : Retour en France, instructeur bénévole à Nîmes-Courbessac en enchainant en parallèle les petits boulots, ce qui m’a fait le plus grand bien. Cette période d’attente a finalement été bénéfique, me permettant de gagner en maturité et de toujours avoir en tête la valeur de l’argent.


Février 2005 - Septembre 2006 : Attente d’intégration à l’école des Cadets d’Air France pour une sorte de remise à niveau qui durera quelques mois. J’y reviendrai sur le post concernant les cadets, de sa préparation au déroulement de la formation à l’époque.


Septembre 2006 - Septembre 2007 : Entrée chez les Cadets et formation. Développement de sujet très bientôt.


Octobre 2007 : A 22 ans, je viens d’être lâché sur Airbus A318/319/320/321 et suis le plus heureux.


Mi 2013 : A 29 ans, passage sur long-courrier Airbus A330/340.


Début 2016 : Mes débuts sur les réseaux sociaux et déménagement à Paris!


Année 2018 : A 33 ans, futur passage sur long-courrier Boeing 777-200/300/F.


J’espère que ce petit parcours aura répondu à quelques-unes de vos questions.


Dans de prochains articles, j’aborderai mon souvenir du déroulement des sélections cadets ainsi que le déroulement de la formation à cette époque-là.



Guillaume.

7,538 vues11 commentaires