Rechercher

Récit de Pilote - Opération GIGN

Mis à jour : 3 juil. 2018

Avion Transall C160.

Équipage à 3: Un commandant, un pilote et un mécanicien navigant.

Année 1994.

Base : Evreux BA 105.



12 : 30 locales. Nous sommes appelés par l’officier de permanence de la base. Nous sommes en alerte gouvernementale qui positionne un Transall tous les jours prêt H24 pour un décollage en une heure. Nous devions décoller dans les plus brefs délais pour Villacoublay BA 107 pour récupérer le GIGN (Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale). Un forcené sur armé est retranché à son domicile tirant sur le voisinage dans la région de Carcassonne.





13 :15 locales. Nous décollons pour Villacoublay. Atterrissage à 13 : 45








15 : 00 locales. Décollage de Villacoublay à destination de Carcassonne (c'est ma ville de naissance). Cela nous a pris une heure et quart pour charger l’équipement de l’équipe d’intervention. Une Renault 21 blindée et une fourgonnette type Renault trafic.






16 : 45 locales : Atterrissage à Carcassonne. Départ du GIGN sur le lieu d’intervention. Nous attendons leur retour en allant saluer les contrôleurs dans la tour de contrôle.


21 : 00 locales : Toujours avec la contrôleuse aérienne, le dernier vol régulier prévu étant à 22h, le terrain est prévu de fermer une fois cette arrivée faite. Le GIGN est toujours en intervention.



22 : 30 : La tour de contrôle et le terrain de Carcassonne ferment. Nous nous retrouvons avec un groupe de gendarmes territoriaux en liaison avec le groupe d’intervention.



00 : 30 : La radio crépite. « fin d’intervention » Le GIGN revient à l’aéroport avec dans l’idée de rentrer sur Paris le plus tôt possible. Nous leur expliquons que le terrain est désormais fermé et qu’il faut l’autorisation des hautes instances à Paris pour décoller en l’état. Notre centre opérationnel refuse.

00 : 45 : Le capitaine du GIGN passe un appel dans les hautes sphères à Paris pour faire bouger la situation.



01 : 00 : Notre centre opérationnel nous rappelle et nous donne finalement l’autorisation de décoller sur le terrain fermé sans contrôle sous la pression d’une personne visiblement très haut placée à Paris.


01 : 30 : Nous mettons en place la procédure de décollage sur terrain de nuit fermé, sans lumière ni contrôle. Nous utilisons des motos et des voitures pour baliser 800 m de piste nécessaires au décollage de notre Transall. Les premiers phares nous baliseront le passage des 200m, les suivants le passage des 600m puis les derniers les 1000m. Une manière pour nous de pouvoir décoller en toute sécurité malgré une fermeture du terrain.


01 : 45 : Nous décollons de l’aéroport de Carcassonne puis nous mettons en contact avec Toulouse Information pour déposer un plan de vol IFR suivi de son activation pour rentrer au bercail.


03 : 15 : Atterrissage à Villacoublay. Fin de la mission pour ces hommes qui sauvent des vies au péril de leur vie sans oublier les équipages qui leur permettent d’arriver le plus vite possible sur site.



Merci à ces personnes courageuses qui, chaque jour, au péril de leur vie, protègent nos vies.



Guillaume.





2,635 vues